Les agences de presse russes ont largement commenté une décision de justice de leur gouvernement. Je vous dévoile cette nouvelle forme de discrimination de la communauté LGBT.

Des audiences différentes

Au départ, le tribunal moscovite de Taganski communique sur la condamnation de Meta, la maison-mère de Facebook et Instagram. La sanction porte sur une amende de 4 millions de roubles.

Ce montant équivaut à 50 000 euros. La compagnie américaine oeuvrant dans le numérique est accusé de non-suppression de contenus qui font la propagande de propos LGBT.

La seconde audience émane du tribunal Mirovoï, toujours  à Moscou. Pour cette fois, la plateforme Tik Tok est sous le coup d’une amende de 2 millions de roubles pour des raisons similaires à Meta.

Pour rappel, Tik Tok est une filiale du groupe chinois ByteDance.

Une pratique courante en Russie

Malheureusement, la Russie est coutumière de ce type de condamnation arbitraire. En effet, les grandes enseignes du numérique font fréquemment l’objet de condamnation avec amendes.

Elles son régulièrement punies pour diffuser et refuser de retirer des contenus jugés dangereux pour les mineurs, voire liés à l’opposition.

Des condamnations renforcées

Depuis l’opération militaire russe en Ukraine du 24 février 2022, la pression a gagné davantage de terrain. Dès lors, plusieurs sites indépendants ou appartenant aux opposants ont connu l’interdiction d’exercer.

Par ailleurs, les autorités locales ont interdit l’utilisation de Facebook et d’Instagram en les accusant d’extrémisme. En outre, la Russie a adopté une loi contre la propagande homosexuelle auprès des mineurs.

Cette loi datant de 2013 a permis de proscrire les marches des fiertés ainsi que l’affichage des drapeaux arc-en-ciel.

La bataille contre l’expression

Pour l’heure, les agences de presse russes n’ont apporté aucune précision sur le type de contenu des publications incriminées. Le gouvernement russe rejoint dans cette démarche plusieurs pays de l’est qui restreignent ou interdisent à la communauté LGBT d’exprimer librement ses opinions ou ses visions.

Actuellement, tout ce qui représente toute forme de différence est réprimé et accusé de divers maux souvent injustifiés et injustes. En Russie, l’opposition est sévèrement condamnée dès qu’elle ose exprimer ses arguments.

Plusieurs personnes subissent encore les affres des geôles russes. Quant à la communauté LGBT, elle subit en silence toute forme de répression qui l’oblige à garder le silence sous peine de voir le couperet tomber lourdement.

Comme dans de nombreux régimes autoritaires, la Russie étale les mailles des filets de la justice locale qui agit sans tenir compte d’opinions juste différentes même si elles ne sont pas divergentes.

Retrouvez plus d’actus ici.  

Crédit Photo : huffingtonpost.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.