Je vous propose de connaitre les propos qui prêtent à la sérophobie. Elle touche toutes les couches de la société et n’épargne pas la communauté LGBT +

Plus de détails sur la sérophobie

La sérophobie porte sur les discriminations faites par rapport à un statut sérologique positif. De nombreux efforts sont enregistrés avec les progrès de la médecine et la pédagogie.

Par ailleurs, la charge virale est actuellement indétectable pour éviter la transmission du VIH. Face aux inconnues en matière de modes de transmission, les séropositifs au VIH sont encore victimes de rejets voire de discrimination.

Même la communauté LGBT + emploie des propos malhabiles qui s’avèrent terriblement choquants.

Des phrases vides de sens

La phrase la plus souvent entendue, c’est « t’es clean ? » Cette phrase se réfère à la propreté et sous entend un manque d’hygiène chez les séropositifs.

En fait, prendre un traitement antirétroviral annihile la transmission du VIH. De plus, des analyses régulières au cours des visites de contrôle servent de protection contre toute forme d’IST ou infections sexuellement transmissibles.

Autre question avec « tu suis bien ton traitement ? » Dotée d’une espérance de vie normale, suivre un traitement pour une personne séropositive empêche les prises de risques inutiles pour la santé de tous.

Poser ce type de question est blessant car il dénote un manque de sérieux face à un traitement efficace.

Les autres phases condescendantes

Les trithérapies de la fin des années 1990 ont pratiquement éradiqués les stigmates les plus visibles de la maladie. Alors la phrase « T’es séropo ? ça se voit pas ! » est malvenue et démontre un mépris des efforts médicaux concernant le VIH.

Idem pour la question « T’as le sida ? ». En effet, être séropositif ne signifie pas nécessairement avoir le sida.

Le fait de contracter le VIH signifie une baisse de l’immunité. C’est la baisse de l’immunité qui peut provoquer le SIDA, une phase entraînée par un VIH non maitrisé.

En prenant un traitement immédiat, le séropositif après un diagnostic peut contrôler le VIH et proscrire l’apparition du Sida.

Les remarques acerbes

La phrase « T’es sûr qu’un séropo ne refile pas le sida « ? est cruelle. Pour rappel, le sida ne se transmet pas.

La transmission est uniquement liée au VIH. Les outils de protection concernent le PrEP pour l’individu séronégatif et le TasP pour la séropositif.

Parallèlement, l’affirmation « Ton sida, il nous coute cher » est erronée. Affection de Longue Durée ou ALD, le traitement contre le VIH est d’un coût certain.

La solidarité nationale prend en charge le montant alloué à ces traitements. C’est le cas de tous les patients qui sont affectés d’une ALD et qui bénéficient d’un système de santé très bien élaboré et s’efforçant d’être juste en France.

Toutes ces phrases critiques émanent d’un jugement moral relatif au dispositif de transmission du virus. Retrouvez d’autres sujets ici.

Crédit Photo : slate.fr & komitid.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *