Le gouvernement américain a affirmé que la propriété d’une entreprise de jeux de hasard chinoise sur l’application de rencontres gay Grindr pose un risque pour la sécurité nationale. Beijing Kunlun Tech a acquis une participation de 60 % dans Grindr en 2016 et a acheté le reste en 2018.

Cependant, la société chinoise n’a pas autorisé l’acquisition avec l’agence connue sous le nom de Committee on Foreign Investment aux Etats-Unis, ou CFIUS, qui évalue les impacts sur la sécurité nationale des investissements étrangers dans les entreprises américaines. Kunlun cherche maintenant à vendre Grindr suite à l’évaluation CFIUS.

Des données sensibles sont à la disposition de Grindr

Le conseil norvégien a réalisé une enquête concernant la gestion des données de la part de l’entreprise. Grindr a en effet accès à des données utilisateur particulièrement sensibles, notamment les préférences sexuelles, la géolocalisation et le statut VIH. C’est une mine d’or potentielle pour les maîtres chanteurs, mais ce n’est peut-être pas le seul souci de l’agence.

Grindr en chine

Les gouvernements sont de plus en plus préoccupés par la manière dont les données peuvent être utilisées par les concurrents. Les données sont la nouvelle frontière de l’espionnage et de l’exploitation des faiblesses, qu’elles soient individuelles ou institutionnelles.

De plus, de nombreux utilisateurs de cette application sont des hauts fonctionnaires ou des personnes politiques. Le gouvernement américain a à plusieurs reprises forcé la société à vendre ses parts. Il a ensuite décidé d’interdire complètement l’utilisation de l’application aux Etats-Unis à partir de juin 2020.

Forte présence des acteurs chinois sur le sol américain

Hormis les investissements étrangers, la gestion par Grindr des données confidentielles sensibles a été une préoccupation. Les chercheurs en sécurité pouvaient découvrir l’emplacement des utilisateurs de Grindr et d’applications similaires. En 2019, Grindr a partagé le statut VIH des utilisateurs avec d’autres entreprises.

Les entreprises chinoises ont étendu leur présence sur le marché américain des médias sociaux et des technologies. Par exemple, la célèbre application de partage de vidéos TikTok appartient à la société basée à Pékin, Bytedance, et le géant chinois de la technologie, Tencent, a investi 150 millions de dollars dans Reddit.

Pendant ce temps, les manœuvres réglementaires sont devenues un front dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. En 2018, CFIUS a bloqué la vente du service de transfert d’argent MoneyGram à Ant Financial, une société détenue par Alibaba et son PDG, Jack Ma, et la Chine a sabordé les efforts de Qualcomm pour acquérir le fabricant de puces néerlandais NXP.

Credit photo : komitid.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *