Face aux phénomènes récurrents qui isolent encore les LGBT, le moteur de recherche Lilo est encore en retard. Je vous propose d’en savoir plus sur la situation.

Plus de précisions sur le cas de Lilo

Lilo œuvre dans le numérique. Cette société française finance plusieurs projets sociaux et environnementaux.

Elle reverse ensuite 50 % de son CA à travers des projets sélectionnés par les utilisateurs. Par ailleurs, Lilo fait usage d’un moteur de recherche.

Toute recherche sert à comptabiliser des petites sommes qui deviennent une réelle source de financement global. Pour l’heure, Lilo a recours au moteur de recherche Bing de Microsoft.

Les soucis de filtre parental

Lilo applique les filtres parentaux pour empêcher leur progéniture de consulter des sites pour adultes. Le mot gay auprès du moteur de recherche Lilo est bien expliqué.

Etrangement, associer le mot gay avec un second mot-clé est considéré comme du contenu pour adulte. Plusieurs essais sont effectués avec des mots sans ambiguïté comme actu gay, gay normand ou gay viking.

En cherchant sur Bing, le filtre de base permet de voir ces sites. Le blocage émane bien de Lilo, le moteur de recherche.

Ainsi, Lilo pratique une forme d’hypersexualisation du mot gay. Il est préférable de revoir le calibrage du filtre parental.

L’initiative premier de Lilo

En soi, Lilo constitue une bonne idée. Sa création remonte en 2014.

Deux ingénieurs français sont les fondateurs de l’enseigne, à travers Clément le Bras issu de l’Ecole des Mines de Paris. L’autre créateur est Marc Haussaire, un informaticien.

La jeune pousse s’en remet à la plateforme Ulule pour disposer d’un financement participatif Sophie Bodin prend la place de Clément le Bras en 2019.

La technologie Lilo

Le moteur de recherche dédié fait appel à un métamoteur. Il s’agit de louer les algorithmes de moteurs de recherche, à l’instar de Bing.

La collaboration implique plusieurs acteurs pour la restitution des résultats de recherche. Ces acteurs incluent les Pages Jaunes, Google et Yahoo.

Sur le moteur de recherche, l’utilisateur qui soutient un projet obtient une goutte d’eau pour une recherche. Après le choix du projet, l’utilisateur répartit les gouttes d’eau accumulées.

Lilo prend en charge la conversion des gouttes en argent à raison de 50 % de son chiffre d’affaires. La valeur de la goutte varie au prorata du CA et du nombre de gouttes d’eau reversées.

Retrouvez d’autres actus ici.  

Crédit Photo : mbamci.com & azkanet.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.